• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Kiapadnom


  • ps3

    Crysis 3
    Editeur : Electronic Arts
    Développeur : Crytek
    Genre : FPS
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 21 février 2013
    Trophées : Oui
    Trophée Platine 1 Trophée Or 1 Trophée Argent 15 Trophée Bronze 34 | Trophée Secret 0
    51 trophées au total

    Support


    Test Crysis 3

    Publié le mardi 26 février 2013 à 23h24 par Kiapadnom
    Partager sur

    A l’évocation de "Crysis", on pense d’abord PC. Eh oui ! En matière de qualité graphique, le jeu est longtemps resté le mètre-étalon dont la puissance à mis à genoux plus d’une machine. Mais depuis 2011 et la sortie de Crysis 2, nous pouvons aussi revêtir la célèbre nanocombinaison sur nos consoles de salon. Sur la lancée d’un portage globalement réussi, Crytek nous propose un nouvel épisode logiquement intitulé Crysis 3, dans lequel Prophet sera à nouveau aux prises avec les omnipotentes forces du C.E.L.L. et les chatouilleux aliens Cephs. En route pour la jungle de Manhattan

    Nul n’est prophète en son pays

    Scénaristiquement parlant, l’histoire proposée dans Crysis 3 nous propulse en 2047, quelques dizaines d’années après les évènements du précédent volet. Alors que l’invasion alien a (semble-t-il) été mattée, le C.E.L.L. en a profité pour s’approprier la technologie extraterrestre et la détourner à son profit, et un peu au détriment de l’humanité. C’est pas gentil. Mais un noyau de résistance subsiste et livre un combat, plus qu’inégal, contre les troupes surarmées de Crynet Systems. Et pour rééquilibrer la balance, Prophet (vous) va être tirer de son sommeil cryogénique par une vieille connaissance, Psycho, le héros de Crysis Warhead (sorti sur PC en 2008). Basique sur le papier.

    Pour cela il faudra infiltrer le dôme qui recouvre New York à l’intérieur duquel -effet de serre oblige- une végétation luxuriante à pris possession de la grosse pomme. Malheureusement, le scénario a le souffle court et ce n’est pas les quelques (maladroits) rebondissements qui tiendront le joueur en haleine, autant dans la compréhesion globale que sur la durée de la campagne solo. Pas facile de s’y retouver dans la manière dont s’articule les épisodes entre eux, malgré la possibilité offerte de visionner un court résumé des opus précédents. On cherche un fil conducteur à tout cela, dans cette nouvelle mission où "Prophet/Alcatraz" (on en vient même à ne plus savoir qui est qui) est hanté par des visions pas très rassurantes. C’est poussif et ça se conclu même de façon assez décevante. Vous l’aurez compris, pour le contenu du solo, on a déjà vu mieux.

    Une combi, un arc et c’est parti

    Qu’à cela ne tienne. Faisons fi de cette déconvenue pour nous jeter dans la bataille. Une première anicroche à laquelle succède une autre, au moment d’aborder la qualité graphique du titre. Enfin soyons clairs, il s’agit plutôt d’une demi-surprise. Faisant étalage d’une grande maîtrise technique et visuellement monstrueux sur de grosses bécanes bien bodybuildées, Crysis 3 est quand même loin de recevoir les mêmes louanges sur PS3. Même si le truisme (rien à voir avec le cochon) paraît évident, il n’est pas inutile de rappeler cette vérité. En conséquence de quoi, on peut se satisfaire globalement de l’aspect visuel. Par contre, ce qui est particulièrement plaisant et réussi dans ce Crysis 3 sont les environnements de jeu. La flore tropicale et son emprise sur la ville sont très
    bien retranscrites et procurent de bonnes sensations de jeu, assurant un mix réussi entre la sur-technologie des pouvoirs de Prophet (presque robotisé) et ce côté plus brut, plus sauvage de la nature qui a été pensé comme un terrain de chasse.

    Prophet et l'arc Predator en pleine action. Il est déjà trop tard pour le Ceph
     

    Même diminué physiquement, Psycho vous donnera un coup de main

    La transisition est d’ailleurs toute trouvée pour parler du gameplay. Au rayon arme, la grande nouveauté du titre est à trouver dans l’utilisation d’un arc à la puissance assez démesurée. Un chouia trop d’ailleurs, car une fois la flèche décochée, c’est (à de rares exceptions) un kill à la clé. Les têtes sont interchangeables (explosives, électriques,…) pour varier les plaisirs et ajuster votre tactique pour avancer dans les niveaux. Il vous sera même possible de ramasser et vous équiper temporairement de redoutables armes alien. Bien entendu, les armes dites "classiques" sont de la partie. Elles aussi personnalisables via la touche select dans un menu (le même que Crysis 2) toujours simple d’utilisation ; comme le sont d’ailleurs toutes les informations dispatchées à l’écran. Que ce soit avec le HUD, les objectifs de missions ou le menu d’upgrade de votre nanocombinaison ultra moulante, tout est bien pensé (ça doit être la rigueur allemande de Crytek).

    Et puisque que nous évoquons la nanosuit, il est bon de rappeler que cette seconde peau vous permettra toujours de vous dissimuler ou de renforcer temporairement votre résistance aux dégâts. Comme si cela ne suffisait pas, des kits d’optimisation sont disséminés un peu partout pour vous octroyer un avantage supplémentaire sur vos ennemis. Ajouter à cela la possibilité de pirater les tourelles ennemies et vous penchez vers un certain déséquilibre dans le gameplay. D’autant que l’IA n’est pas des plus fûtées. Du coup, IA limitée, mécanismes de gameplay à votre avantage, on pourrait penser que la difficulté n’est pas au rendez-vous. Oui et non. A ceux qui claironne (et écrive) que le jeu se termine en 2h30, il faudrait quand même ne pas trop noircir le tableau. En difficulté maximale (Super-Soldat), vous devrez quand même veiller à adopter la bonne tactique d’approche, soit en douceur, soit en force et bien maîtriser les pouvoirs à votre disposition et le timing dans leur utilisation. Faute de quoi les ennemis, même "limités encéphaliquement", ne vous laisseront aucune chance. Au bout du compte, on arrive à dépasser les 6h00 de jeu pour le solo ce qui, il est vrai, est encore bien court, mais qui représente quand même plus du double par rapport aux chiffres "pessimistes" avancés ça et là.

    Le bonheur est dans le pré...du multi

    Solo plus ou moins boîteux selon l’analyse qu’on en fait, il fallait que Crysis 3 rende une copie plus propre pour le multijoueur. Reprenant les solides fondations de son prédécesseur, on a accès à des parties en ligne agréables. Bien équilibrées grâce au système de killstreak basé sur la collecte des plaques d’id de ses ennemis une fois abbatus, le multi propose pas mal de modes de jeux sur des maps au level design varié. L’avantage étant que, grâce aux pouvoirs de la nanosuit, toute la surface des environnements devient accessible et jouable, notamment dans la verticalité. Et puis tous les joueurs étant équipés des mêmes capacités de camouflage et d’armure, le skill revêt une importance plus cruciale que les perks à choisir pour la personnalisation de vos classes. Au milieu des incontournables MàM, Domination, Free-For-All, etc…on citera l’arrivée du très sympathique mode "Chasseur" qui vaut véritablement le détour. En conclusion, satisfaction réelle pour la partie online qui permet au jeu de conserver une certaine épaisseur et une crédibilité écornée par un solo décevant.

    Crysis 3 n’est certes pas à la hauteur des espérances placées en lui. C’est un fait. Nous nous étions même (prudemment, nous ne sommes pas devins) étonnés du manque d’innovations, de prises de risques, que dégageait le titre lors de l’E3 2012. En effet, on pourrait même qualifié Crysis 3 comme une suite "trop facile", mué par l’inertie d’une franchise à succès dont le format n’a que peu évolué. On joue la sécurité, on s’appuie sur des acquis, sur une recette qui fonctionne et on abouti à un épisode 3 timoré.

    La chasse est ouverte ! La preuve par l'image avec le trailer de lancement
     

     

    Note du test 7/10En conclusion :

    Crysis 3 n’est pas à proprement parlé un mauvais jeu. Au final, il est même globalement plaisant. Mais il souffre d’un mal symptomatique à de nombreuses franchises, particulièrement celle des FPS. Des titres qui, d’un épisode à l’autre, ne se remettent pas véritablement en question et n’offrent qu’une maigre plus-value malgré l’attente suscitée. Crysis 3 s’avère trop lisse, mal équilibré, mais l’ensemble fonctionne quand même –notamment pour la partie multijoueur- et apporte une certaine variété dans l’univers très embouteillé des jeux de shoot.

    Les plus

    L’utilisation toujours jouissive de la nanocombinaison
    Même "cheaté", l’arc vaut le détour
    La jungle à la ville avec des environnements de jeu réussis
    Un multi solide et addictif
    Mention spéciale au mode Chasseur

    Les moins



    Commentaires
    • Image personnalisée de votre compte
      Fourcherman - Posté le vendredi 08 mars 2013 à 15h20
      Magnifique ce jeu. Peut être ne restera t-il pas dans nos mémoires mais il nous en met plein la vue. C'est puissant, rythmé et beau. Un bon moment à passer !
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles