Note du test 7.5/10En conclusion :

Au bout du compte, CrisTales est une petite merveille indé qui rend un très bel hommage à tout un genre et satisfera les amateurs de RPG indé pendant quelques belles dizaines d'heures. Une agréable bouffée d'air frais.

Les plus

Une histoire bien menée
Des personnages attachants
Des combats rythmés et efficaces
L'utilisation du temps en combat
La direction artistique

Les moins

Des temps de chargement longs
Pas d'animation pour l'intro des combats
Un début à s'arracher les cheveux
Peu d'impact des pouvoirs temporels

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Lonewolf


  • ps4

    Cris Tales
    Editeur : Modus Games
    Développeur : Maximum Games
    Genre : Action | RPG
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 20 juillet 2021
    Trophées : Oui
    Support


    Test Cris Tales

    Publié le vendredi 30 juillet 2021 à 16h31 par Lonewolf
    Partager sur

    Après le J-RPG à la française Edge of Eternity (dont votre serviteur surveille la sortie PS4), voici le J-RPG à la colombienne, pour un titre qui s'annonce à la fois ancré dans la culture locale et hommage aux RPG japonais de la vieille école (la meilleure, diront beaucoup, mais on gardera ce débat pour une autre fois..). Arrive donc la fatidique question : alors, ça vaut quoi, finalement ?

     

    Un feu d'artifice sur consoles


    Dès la séquence d'intro, le ton est donné : le jeu sera beau et coloré, avec un design minimaliste, mais efficace. La grande force visuelle de CrisTales n'est pas la qualité de ses graphismes, mais plutôt sa direction artistique : c'est rempli de couleurs, tout s'accorde parfaitement, et le tout offre une ambiance vraiment unique.
    Tout juste déplorera-t-on, dans certains donjons, d'étranges structures carrées/rectangulaires striées au sol. Sans doute des taches d'herbe, mais, ainsi figurées, elles ressemblent surtout à un défaut de texture, dommage.

    Les personnages, de leur côté, sont uniques et reconnaissables au premier coup d'oeil, avec des chara designs aussi attachants que leur écriture.
    Saluons également la performance de voir le passé, le présent et le futur en temps réel en même temps à l'écran, ce qui donne également une leçon de design sur la vision du passé et de l'avenir des lieux et personnages.

    La leçon est un peu moins probante côté combats.

    Responsive image
    Des couleurs partout pour une DA à tomber

    Et ça charge...


    Commençons par les bons côtés : les combats sont assez intenses et efficaces, notamment grâce à un gameplay relativement classique qui fonctionne bien et un principe de timing pour les doubles coups et parades qui force à rester attentif en permanence plutôt que machinalement lancer les commandes sans regarder.
    Il subsiste cependant quelques points noirs, comme un bestiaire très limité qui se reproduit d'une région à l'autre, parfois avec juste un changement de couleur et, surtout, une absence d'animation d'intro qui rend confus. On a en effet droit à un simple temps de chargement classique (et hyper long, avec des combats réguliers, je vous laisse imaginer combien de temps vous allez voir cet écran...), avant ET après chaque combat, faisant régulièrement se demander si on passe ailleurs ou si on va voir une cinématique.

    Mais le point le plus décevant est sans doute l'utilisation des pouvoirs temporels en combat.
    Vous avez à gauche la possibilité de ramener les ennemis dans le passé et, à droite, celle de les propulser dans le futur. Ceci peut affecter leur apparence et leurs stats, permettre de déployer une attaque de zone... Mais ça n'a rapidement aucun intérêt et ça va plus vite de s'occuper de tout le monde dans le présent en exploitant leurs faiblesses.
    Une bonne idée, mais pas assez exploitée.

    Ceci est toutefois compensé par un certain rythme qui permet de ne jamais s'ennuyer, comme dans l'histoire et la narration.

    Responsive image
    Un système de combat classique et efficace dans les grandes lignes

    Une écriture cristalline


    L'histoire est en effet assez dirigiste, mais s'empare de thèmes actuels d'assez belle manière et a son lot de surprises, notamment sur la fin. Les personnages sont assez attachants et les ennemis avec ont des raisons propres d'agir comme ils le font.
    Bref, au bout du compte, malgré quelques passages forcés et une narration un peu brutale et raccourcie dès qu'il s'agit d'avancer vers autre chose, on se laisse prendre à cette histoire et ses multiples surprises, et c'est bien là l'essentiel.

    Responsive image
    Wilhelm a une "légère" tendance au sarcasme...




    Test Cris Tales - 3 minutes de lecture