Note du test 8/10En conclusion :

Age of Wonders Planetfall est une réussite sur tous les points avec une adaptation à la manette maîtrisée et un jeu des plus complets. Il plaira aux fans de stratégie au tour par tour. Son orientation futuriste, les combats à la XCOM, le pitch, les rebondissements, la variété des races jouables font de Planetfall une nouvelle référence du 4X. A contrario, il pourra rebuter les débutants du fait d’un didacticiel trop rapide et du temps nécessaire pour appréhender toutes les subtilités d'un jeu très exigeant.

Les plus

Une référence de la stratégie au tour par tour
De longues heures de jeu
Le nouveau système de combat
Agréable à l’œil
Les différents scénarios

Les moins

Le didacticiel pas assez développé pour les novices
Beaucoup d’informations par moment

  • Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Pilou


  • ps4

    Age of Wonders: Planetfall
    Editeur : Paradox Interactive
    Développeur : Triumph Studios
    Genre : Stratégie
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 06 août 2019
    Trophées : Oui
    Support


    Test Age of Wonders: Planetfall

    Publié le mercredi 21 août 2019 à 17h02 par Pilou - 155 / 0
    Partager sur |

    Age of Wonders arrive sur Playstation 4 et sur console plus généralement pour la première fois avec l’opus Planetfall. Au regard du genre auquel il appartient, une question légitime se pose: le jeu est-il taillé pour la manette ? Doit-il garnir votre ludothèque ? Pas de panique, on vous donne notre avis!

     

    Un passage à la Science-Fiction


    La série Age of Wonders ne date pas d'hier et sa sortie du cosmos date du début des années 2000 sur PC. Dix neuf ans plus tard, Triumph Studios nous propose toujours un jeu de stratégie mais en opérant un virage important : on passe de l’Heroic Fantasy des trois premiers opus (et du spin-off du second) à un univers futuriste.


    Pour les aficionados, Age of wonders est un jeu de stratégie au tour par tour et plus précisément un 4X pour eXploration, eXpansion, eXploitation et eXtermination. Chaque élément se joue à chaque tour pour arriver à la victoire. En ce sens, la comparaison avec Civilization et plus récemment à Stellaris: Console Edition (sorti sur Playstation 4) est pertinente. Pour cette édition futuriste, une petite variante vient s’ajouter: la gestion des combats prend ainsi des airs de X-COM (j’y reviendrai).
    Côté pitch, le scénario prend place après la chute de l’Union Stellaire regroupant des milliers de mondes: les différentes races autrefois réunies se sont éloignées. Quelques décennies plus tard, le joueur prend le contrôle d’une d’entre elles et tente de faire prospérer sa civilisation.

    Responsive image

    Pas de doute on a affaire à du 4X


    Comme évoqué au dessus, le concept du 4X offre une multitude de possibilités pour parvenir à la Victoire : diplomatie, extension de son territoire avec alliance ou par la force, espionnage… le joueur a le choix pour arriver à ses fins. Planetfall ne déroge pas à la règle et un didacticiel permet d'appréhender les bases du jeu. On y apprend que chaque planète est découpée en secteur et qu'il faut étendre sa colonie implantée par le biais d'avant postes, villes et j'en passe. Tous ces éléments génèrent des ressources. Quatre ressources sont ici nécessaires : énergie, nourriture, connaissance et production. Il faut ainsi spécialiser ses structures. A côté de cela, il convient de produire des unités permettant d’assurer leur protection mais aussi et surtout pour l’extension de son royaume.


    Les recherches technologiques contribuent aux quatre piliers du 4X Planetfall. Qu'elles soient sociales ou militaires, il faudra sans cesse les développer. Nouvelles unités, nouvelles opérations, développement économique, politique... vous l’aurez compris, il faudra bien doser et surtout faire attention aux choix d’expansions.
    Pour parfaire ce didacticiel que je trouve un peu trop léger (surtout pour les néophytes), les archives impériales font office de Codex et apportent pas mal d'éclaircissements.
    Treize campagnes scénarisées sont proposées: certaines sont accessibles dès le départ alors que d’autres se débloquent au fur et à mesure. Elles mettent en scène les six races jouables : l’Assemblage, les Kir’kos, le Syndicat, les Amazones, les Dvars et l’Avant Garde.
    Chaque race dispose de ses spécificités et se joue d’une manière différente.
    Par exemple, l’Assemblage est une race de cyborgs se basant sur les armes électriques et pouvant recycler des unités tombées sur le champ de bataille. Les Kir’kos, une race insectoïde, excellent dans le corps à corps et disposent de grandes armées. Chaque race est vraiment intéressante à découvrir et à jouer.


    A côté des différentes campagnes, le jeu propose des scénarios aléatoires se jouant sur des cartes générées procéduralement. De quoi ajouter de nombreuses heures supplémentaires aux côtés des campagnes déjà bien chronophages.
    Le multijoueur est également présent: il est néanmoins pour l’instant pas mal délaissé. Il est également possible de jouer en mode asynchrone ou en chaise tournante sur la même console, entre amis. Chaque joueur se prête la manette lorsque son tour arrive.
    Enfin, il est possible de personnaliser ses commandants en passant par le menu principal du jeu : race, aspect physique, compétences, spécialisations… c'est très riche.

    Responsive image

    Des combats à la XCOM


    Même si Planetfall reste assez classique dans son gameplay, la grosse nouveauté est le combat, au tour par tour comme le reste du jeu. Bien sûr, il est possible d’automatiser les affrontements mais on perd indéniablement une partie de ce qui est intrinsèque au jeu.

    Les combats se déroulent sur un champ de bataille en 3D où bâtiments, végétations, reliefs et véhicules sont disséminés. Une armée est composée d’un commandant ou héros et de cinq groupes d’unités. Les autres armées alliées adjacentes peuvent rejoindre le champ de bataille. Chaque unité dispose de points de déplacements et de points d’actions. Elle dispose de compétences propres (grâce aux mods d’unités). Il faut gérer la couverture, les déplacements, le taux de précision et éviter la stupéfaction (être surpris par une attaque ennemi).
    Des opérations tactiques que l’on débloque lors des recherches peuvent être lancées, offrant une plus-value dans les combats contre l’IA qui se défend admirablement.
    Les combats tombent à point nommé pour ce quatrième volet et coupent la monotonie que peut générer ce genre de jeu.

    Responsive image

    Un jeu taillé pour la console


    Pour son arrivée sur console, Planetfall a adapté son ergonomie. Zoom, navigation, menus rapides, tout fonctionne parfaitement. De plus, la touche triangle fait apparaître le menu radial donnant accès à tout. Pratique!
    Techniquement, le jeu est fluide et détaillé. Les tons pastels utilisés donnent également du cachet au jeu. On attribuera une mention spéciale aux différents artworks qui ponctuent les différents écrans.
    Le jeu est entièrement traduit en français mais les voix sont en anglais. Les musiques collent à l’ambiance space opera. Il est clair que la réalisation est un atout non négligeable!

    Responsive image

     

     

     

     

     

    En résumé


    Age of Wonders: Planetfall par Rating: 8 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles


    Test Age of Wonders: Planetfall - 4 minutes de lecture