• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Kiapadnom


  • ps3

    F1 2014
    Editeur et Developpeur : Codemasters
    Genre : Course | Sport
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 17 octobre 2014
    Trophées : Oui
    Trophée Platine 1 Trophée Or 3 Trophée Argent 6 Trophée Bronze 40 | Trophée Secret 0
    50 trophées au total

    Prix de lancement : 59,99€
    Support


    Test F1 2014

    Publié le vendredi 31 octobre 2014 à 16h14 par Kiapadnom - 2287
    Partager sur |

     

    La sortie des paddocks pour F1 2014 s’est faite il y a maintenant deux semaines et le titre, comme chaque année, cherche à se placer comme un incontournable du jeu de sport automobiles. Mais cette fois-ci, bien que l’éditeur/développeur Codemasters s’appuie sur une solide expérience en la matière, la franchise doit aussi préparer au mieux son passage au niveau supérieur sur les dernières générations de consoles. Cet impératif aura-t-il permis de conserver la qualité à laquelle nous étions habitués ? La réponse après la ligne d’arrivée…

    Devenez le champion de la catégorie reine de l'automobile

    Formule 1 ou Etap Hotel ?

    On ne va pas se mentir, et vous le savez sans doute déjà, F1 2014 est un épisode de transition. Codemasters avait clairement affiché la couleur avec un passage de la licence sur next-gen prévue seulement en 2015. Soit. Mais au moment d’aborder ce nouvel opus, on était quand même loin de trouver la déception en pole position. Au démarrage du jeu, on marque même un temps d’arrêt et on s’interroge… un peu comme sur le son des nouveaux moteurs V6 turbo qui ont fait tant débat en début de saison. On finit par s’y habituer mais on a le sentiment que le spectacle va être moins bon, par exemple avec cet écran d’accueil famélique qui laisse augurer d’un contenu en net retrait.

    Après avoir rempli votre fiche pilote et choisi votre casque, le premier contact avec la piste s’est vu réduit au strict minimum avec un simple tour lancé sur le circuit de Monza. Fini le “Test des Jeunes Pilotes” pour affiner la difficulté et appréhender la prise en main d’une simulation automobile. Quelques tours de roues suffisent à fixer la difficulté générale du jeu. A ce sujet d’ailleurs, le titre donne rapidement l’impression d’une “arcadisation” autant grossière qu’étonnante (surtout si vous optez pour l’option “Très Facile”). On pourra retourner la chose dans tous les sens et lui adjoindre le qualificatif qu’on veut, mais ce F1 2014 se standardise pour s’ouvrir sans doute à un public plus large. Cette vulgarisation assez mal maîtrisée risque de déstabiliser (et a dû décevoir) les fans ; espérons que ce réajustement, s’il se confirme pour F1 2015, bénéficie de plus de justesse dans sa mise en œuvre.

    Le GP de Bahreïn sur le circuit de Sakhir...by night

    On rentre les chevaux à l'écurie

    Côté contenu donc, l’incontournable mode “Carrière”, représentant à lui seul la part la plus intéressante, perd malheureusement de sa superbe avec la possibilité d’intégrer directement l’écurie de son choix. Séduisant et pratique pour le néophyte d’avoir un baquet de premier choix (au lieu de "commencer au fond de la grille"), mais on occulte totalement la satisfaction de la progression qui faisait l’attrait et le défi d’un mode à savourer sur le long terme.

     

    Sur la partie conduite, même avec toutes les assistances désactivées, on a la désagréable impression d’un téléguidage des voitures et d’une application des règles de courses plus qu’approximative. Le seul paramètre influent reste la gestion des pneus en fonction de l’état de la piste et du soin que vous apporterez à vos trajectoires. La bonne idée de limiter le poids de carburant par Grand Prix et d’en gérer la consommation avec les régimes moteurs n’a au final aucun impact. Vous pourrez garder le pied au plancher sans vous soucier davantage de cet artifice. Un peu léger pour un jeu de la sorte.

    En sus, vous aurez toujours droit aux courses multi jusqu’à 16 joueurs qui n’ont pas changé d’un iota. Notons quand même qu’il y a désormais la possibilité de vivre une saison complète en coopération. Sinon, vous pourrez vous frotter au mode “Banc d’Essai” qui regroupe des défis divers, un classique CLM et des scénarios qui vous mettront face à des faits de courses prédéfinis ; sympathique mais assez inégal au final. Ça donne un peu d’épaisseur, mais l’intérêt n’est pas franchement présent. Et là où l’incompréhension nous surprend encore, telle une flaque d’huile en sortie de chicane, c’est dans l’absence inexplicable du mode “Classique” qui était un des atouts de F1 2013. Amputé des circuits et bolides légendaires qu’offrait son prédécesseur, on distingue mal la décision de Codemasters de ne pas reconduire ce mode de jeu qui apportait une vraie plus-value.

    Les monoplaces restent visuellement convaincantes

    Des qualités mais toujours les mêmes maux-noplaces

    Heureusement, tout n’est pas perdu pour ce F1 2014. Une fois de plus, on peut louer le travail d’adaptation réaliser sur l’ensemble des monoplaces (formes des éléments de carrosserie, appui aérodynamique, nouvel étagement des boîtes,…). C’est l’un des points forts du développeur anglais qui chaque année fait un travail minutieux de transpositions des règlements (et ils étaient nombreux cette fois-ci). La palette sonore accompagne avec précision les différents blocs moteurs et les nombreux tracés du championnat sont reproduits avec une fidélité appréciable. Cependant, le rendu graphique paraît globalement inférieur et l’on sent le poids des années sur les épaules de l’Ego Engine.

    Ça reste cohérent, mais trop peu d’améliorations ont été apportées par rapport à l’année dernière. C’est encore plus dérangeant quand des soucis d’aliasing et de framerate viennent polluer un gameplay dans lequel on recherche la précision. "Sans maîtrise, la puissance n’est rien" comme le veut le slogan bien connu d’un manufacturier pneumatique italien. Enfin, là où F1 2014 n’a encore pas apporté de réponse satisfaisante reste la gestion risible des dégâts. Un point fondamental sur lequel Codemasters devra revoir sa copie.

    Un extrait de gameplay avec cette séquence vidéo

     

    Note du test 5.5/10En conclusion :

    La qualité n’est pas au rendez-vous dans ce F1 2014. On s’étonne même que le jeu n’affiche pas une meilleure maîtrise sur PS3 pour une franchise qui a toujours fait valoir un certain standing. Inférieur à F1 2013 (technique et contenu), on espère que les efforts de développement ont été mobilisés pour une transition sur PS4 attendue au tournant.

    Les plus

    +Sonorité des monoplaces +Le comportement et les réactions de l’I.A. +La prise en compte des règlementations officielles

    Les moins



    Commentaires
    • Image personnalisée de votre compte
      jonp - Posté le vendredi 07 novembre 2014 à 08h09
      deception pour ce f1 2014 qui perd en contenu et aussi en simulation ce coter arcade et trop prononcer on reclame aussi des podium toujour au abonner absent en 2014 les cinemathiques sont identiques depuis 2011 l ego engine et a bout de souffle techniquement codemaster aurait plus faire mieux avec l habitude de bosser sur l architecture ps3 .le 2013 et le meilleur qui et sortie ces 5 derniere annees on attend 2015 et le portage sur console next gen pour savoir si codemasters arrive a passer le cap ..
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles