• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Fourcherman


  • ps3

    Dishonored
    Editeur : Bethesda Softworks
    Développeur : Arkane Studios
    Genre : Action | Infiltration
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 09 octobre 2012
    Trophées : Oui
    Trophée Platine 1 Trophée Or 3 Trophée Argent 5 Trophée Bronze 42 | Trophée Secret 5
    51 trophées au total

    Support


    Test Dishonored

    Publié le lundi 15 octobre 2012 à 19h57 par Fourcherman - 3453
    Partager sur |

     

    Un gameplay des plus variés


    Dishonored apporte une approche jamais vu dans le jeu vidéo puisque les développeurs ont pensé à donner le choix au joueur. En effet pour atteindre vos objectifs, vous pourrez très bien favoriser une approche “bourrine” en vous frottant aux gardes de Dunwall, cependant vous vous rendrez compte très vite que ce n’est pas la meilleure solution ; les gardes ont du répondant et vous n’êtes pas équipés de fusils automatiques... Vous manquerez très vite de balles ou de flèches pour votre arbalète. Les multiples pouvoirs que vous débloquerez au long de l’aventure en ramassant les runes dissimulées dans chaque mission vous permettront un nombre incroyable de combinaisons pour progresser.

    Le premier pouvoir que Corvo sera amené à utiliser est le Clignement (sorte de téléportation). Celui-ci vous sera remis après votre évasion quand vous rencontrerez l’Outsider (personnage mystérieux source de magie). Suite à cette rencontre, il vous faudra avoir suffisamment de runes pour acheter les 4 autres pouvoirs, Pli Temporel qui freine ou stoppe le temps, la Nuée Vorace qui fait apparaître une meute de rats affamés, la Possession qui vous permet de prendre le contrôle des animaux, la Rafale qui projette les objets (sorte de tornade).
    Ces 5 facultés seront évolutives sur 2 niveaux et si elles seront plus efficaces une fois upgradées, il vous faudra débourser bon nombres de runes.

    Avec tous ces pouvoirs, vous pouvez imaginer facilement le nombre de choix qui s’offrent à vous. Par exemple infiltrer un bâtiment par les conduits d’aération en prenant possession d’un rat est tout simplement jouissif ou encore passer par les hauteurs en utilisant le clignement pour contourner les opposants.
    L’utilisation des pouvoirs n’est possible que si votre jauge de mana est suffisamment chargée. En plus de la magie, Corvo dispose de son petit arsenal, pistolet à un coup (10 balles maximum), arbalète avec flèches standards ou anesthésiantes, grenades, balles incendiaires, pièges à hélices et bien entendu son épée. Les combats à l’épée restent très simple, la parade (R2) est primordiale si vous comptez remporter vos duels.

    Dans Dishonored, tout est extrêmement bien pensé jusqu’à l’interface utilisateur, d’une simple pression de la touche L2 vous affichez le menu avec vos armes et vos pouvoirs disponibles. Ceux-ci peuvent être ajoutés aux 4 flèches directionnelles comme raccourcis rapides. C’est intuitif, simple à utiliser et rapide.

     

    Une durée de vie très aléatoire


    Les plus pressés d’entre nous pourront finir le jeu assez rapidement en fonçant directement vers l’objectif principal. Ceci est à mon sens une très grosse erreur car Dunwall regorge de passages secrets, de pièces accessibles en fouinant, en utilisant les toits, les sous sols, les conduits...

    D’autant plus qu’il existe de nombreuses quêtes annexes qui vous permettront même d’atteindre l’objectif de mission finale plus aisément avec des indices ou des objets. La cité britannique regorge de détails que vous ne pourrez remarquer si vous survolez les missions. Un level design tellement complexe qu’il serait dommage de passer à côté.

    Il vous faudra donc entre 15 et 40 heures selon vos choix.
     

    Dishonored est il parfait ?


    Il est clair que l’équipe d’Arkane Studios en charge du projet a mis la barre très haute pour cette nouvelle licence avec un jeu intelligent car oui, les différentes approches qui s’offrent à Corvo vous pousse à cogiter. Un jeu à la réalisation exceptionnelle, un univers incroyable, des personnages emblématiques et j’en passe. Cependant, Dishonored n’est pas parfait et il y a une chose plutôt gênante dans le jeu c’est que Corvo est muet … Tout le monde vous parle mais l’assassin que vous incarnez ne sait pas sortir un mot. Un choix surprenant mais qui doit sans doute être justifiable. Autre point négatif, cependant compensé par un incroyable univers, ce sont les graphismes avec un Unreal Engine légèrement vieillissant qui laisse apparaître des textures plutôt moyennes.

    Quelques mots sur l’ambiance sonore qui colle extrêmement bien avec l’univers de Dunwall. Le compositeur Daniel Licht (compositeur pour la série Dexter)  a su imposer des sonorités mélancoliques parfois métalliques rappelant la noirceur de la vie de Dunwall. Rappelons aussi que Dishonored est intégralement en Français, aussi bien les écrits que les voix. 

     


     

    Dunwall et ses courtisanes

     



    Retrouvez le trailer de lancement
     



     

     

    Note du test 9/10En conclusion :

    Dishonored est un jeu hors du commun avec des possibilités illimitées, vous pourrez rejouer des dizaines de fois les missions en variant vos approches. La cité britannique créée par Viktor Antonov apporte une ambiance incroyable sur fond de magouille politique et catastrophe sanitaire. Tout a été pensé méticuleusement pour que vous soyez le plus libre possible. Un grand bravo à l’équipe d’Arkane Studios sur cette nouvelle licence ingénieuse et innovante !

    Les plus

    Nouvelle licence !
    La cité de Dunwall
    Gameplay
    Level design impressionnant
    L’ambiance
    Les pouvoirs
    La bande son

    Les moins

    Moteur graphique vieillissant
    Un héros muet


    Commentaires
    • Image personnalisée de votre compte
      Pimacs - Posté le lundi 15 octobre 2012 à 23h42
      Ça rappelle un peu Skyrim au niveau du gameplay ^^
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles