• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    ReleaseForBurial


  • ps4

    Milanoir
    Editeur : Good Shepherd Entertainment
    Developpeur : Italo Games
    Genre : Action
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 31 mai 2018
    Trophées : Oui
    Support


    Test Milanoir

    Publié le mercredi 13 juin 2018 à 07h21 par ReleaseForBurial - 684
    Partager sur |

     

    Moins connu que d’autres courants et surtout plus éloigné des jeunes générations avides de jeux vidéos, le polar italien à la sauce 70’s est pourtant ici la base de ce jeu du studio Italo Games.

    Cette période très sombre de l’Italie pendant laquelle la violence et le crime ont terrorisé l’Italie, entre assassinats politiques et autres règlements de compte entre familles mafieuses, est ici dépeinte dans ce jeu qui place le joueur de Piero, tueur à la solde de Lanzetta, chef de famille.

    Piero est donc un tueur qui n’a peur de rien mais il se retrouve enfermé en prison après avoir été balancé. Sorti quelques années plus tard, il va chercher la tête du traître à travers les rues de Milan.

    70's party

    Milanoir fait donc écho à une époque particulière mais également à un genre de films très répandu durant les années 70 et au début des années 80, le néo-polar italien, le poliziottesco. Dans le poliziottesco, la violence est très présente, représentée de manière crue, voire outrancière. Milanoir s’en inspire totalement, affichant une violence sans retenue de la part de tous les protagonistes. Le jeu est donc un shooter ultra nerveux, se déroulant dans cette Italie des années 70, le joueur interprétant Piero, tueur travaillant pour la famille Lanzetta, qui ne manque pas de descendre n’importe qui, hommes, femmes ou enfants…

    Milanoir n’essaiera pas d’expliquer pour autant cette violence dont fait part Piero sans plus que son désir de vengeance. Les actes du personnage sont très contrastées par rapport d’ailleurs à son attitude. En effet, Piero a une sorte d'attitude cool tout au long du jeu, avec son perfecto rouge clinquant et ses lunettes de soleil. Malgré tout, le peu de développement accordé aux personnages de Piero et autres rencontrés dans le jeu ne pousse pas le joueur à essayer d’aller plus loin ou de s’attacher réellement à ses protagonistes.

    La difficulté au rendez-vous

    La prise en main se veut rapide, un stick pour se déplacer, l’autre pour viser et une gâchette pour tirer. Rien de bien sorcier. Pour autant, Milanoir lorgne du côté de Hotline Miami en proposant un défi assez conséquent. Les tableaux s’enchaînent et les ennemis se montrent coriace, forçant le joueur à s’y reprendre des fois plus de 20 fois avant de connaître les lieux, les mouvements des ennemis et pouvoir passer sans trop d’encombres. On pourrait craindre un côté répétitif mais cela ne se fait pas trop ressentir notamment grâce à des petits plus au niveau gameplay qui font leur apparition au fur et à mesure. Un système de couverture permet à Piero de se cacher derrière caisses, murets etc… afin de pouvoir souffler quelques instants à l’approche d’une mort imminente.

     

    Il y a aussi les panneaux de signalisation qui permettent de tirer par ricochet (panneaux ronds), soit diviser le tir en deux projectiles (panneaux triangulaires) ou d’arroser en continu lorsque l’on continue à tirer dessus (panneaux octogonaux). Ces éléments du décor ne sont pas négligeables, permettant bien souvent de se débarrasser d’ennemis en un seul tir plutôt qu’en devant vider un chargeur complet dessus.

    Les tableaux se succèdent entre ces phases shooters et d’autres de type infiltration ou encore poursuites en véhicules, ce qui donne la sensation de progresser dans l’histoire plutôt que de simplement enchaîner les séquences de shooter pur et évite l’ennui.

    Comedia del Pixel Arte

    Pour donner le change à toutes ces références aux années 70, Milanoir se pare d’un habillage tout en pixel art type 16 bits qui lui sied bien. Le décor est planté dans Milan et on reconnaîtra quelques allusions à la ville du nord de l’Italie à travers de nombreuses références. Les tableaux sont variés et la balade en ville n’est pas désagréable.

    Le chara design est correct surtout notre Piero avec sa veste rouge mais les protagonistes manquent quand même d’un petit truc en plus.

    Lorsque l’écran se remplit, aucun ralentissement n’est à signaler, le jeu tourne sans accrocs. Les séquences en véhicules sont un peu rigides et pas les plus confortables surtout lorsqu’il faut diriger et viser pour tirer en même temps.

     

    That 70’s Sound

    Très bon point pour Milanoir, c’est sa bande son jubilatoire reprenant des sons funky mais aussi des styles d’orchestrations un peu à la Walter Murphy avec ce côté grandiose avec des envolées d’instruments à corde mixées avec des rythmes au groove indéniable.

    Les bruitages sont très”rustiques” renforçant le côté rétro du jeu.

    Trailer de lancement
    Note du test 7/10En conclusion :

    Milanoir est un petit jeu qui nous fait penser à des jeux déjà connus, Hotline Miami en tête. Même si de petite erreurs sont à noter comme la précision du système de couverture, ou encore le mode arène pas très intéressant, le jeu s’apprécie sans soucis, les passages les plus durs étant vite oubliés une fois passés. Premier essai du studio Italo Games qui n’a pas hésité à marquer l’identité de son jeu de références à un genre méconnu du cinéma italien.

    Les plus

    La bande son très funky
    Un shooter nerveux et exigeant
    Alternance des phases shooters avec d’autres style
    Les références au polar italien
    Possibilité de jouer à deux

    Les moins

    Un mode arène peu intéressant
    Second joueur ne modifie en rien l’histoire
    Court malgré les pics de difficulté

    En résumé


    Milanoir par Rating: 7 / 10


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles