• Image personnalisée de votre compte
    rédacteur
    Kiapadnom


  • ps3

    MLB 14 The Show
    Editeur : Sony Online Entertainment
    Développeur : Sony
    Genre : Sport
    Etat du jeu : Jeu disponible
    Date de sortie : 02 avril 2014
    Trophées : Oui
    Trophée Platine 1 Trophée Or 8 Trophée Argent 7 Trophée Bronze 8 | Trophée Secret 0
    24 trophées au total

    Prix de lancement : 44,99€
    Support

    Disponible aussi sur : ps4 vita

    Test MLB 14 The Show

    Publié le dimanche 20 avril 2014 à 20h33 par Kiapadnom - 2550
    Partager sur |

     

    Véritable sport vedette chez nos voisins nord-américains, le baseball fait partie intégrante de leur culture populaire. Prenant pourtant ses racines sur le sol européen, le développement de ce sport et son essor sont bien à mettre au crédit des yankees. Aujourd’hui, de notre fenêtre, on porte sur le baseball un regard lointain, un peu tronqué, tenant plus aux traditions entourant ce sport qu’à une connaissance véritable de celui-ci. On imagine plutôt l’effervescence d’une foule dans les travées d’un stade archi-bondé, un père échangeant quelques lancés bienveillants avec son fils, la fête de quartier où chacun se réunit autour de steaks saignants XXL jetés sur un barbecue, des blondes autour de la piscine et d’autres dans la glacière, la marmaille courant sur un gazon impeccable et dont les cris couvrent les commentaires enflammées d’un match retransmis à la TV. Le baseball, c’est un peu tout ça à la fois.

    Andrew McCutchen, Center Fielder des Pittsburgh Pirates

    Va falloir améliorer cette moyenne au bâton

    Nous ne sommes pas là pour parler de notre perception “hexagonale” de ce sport, mais bien de MLB 14 : The Show, sorti conjointement sur PS3 et PSVita début avril. Disons le tout de suite, la simulation de baseball sur consoles reste une production de niche. La preuve en est, même outre-Atlantique, la spécificité de ce sport (comprenez par là les ventes qui vont avec) a conduit l’éditeur 2K Sports a stopper sa licence MLB 2K pour cette année. Difficile de trouver un public suffisamment large, même au pays du sport roi. Du coup, la série développée par le studio californien SCE San Diego se retrouve désormais sans concurrence. Heureusement, et vous le verrez dans la suite de ce test, la qualité est au rendez-vous, s’appuyant sans doute sur l’expérience accumulée depuis une petite dizaine d’années, depuis MLB 06 : The Show sur PlayStation 2.

    Mais sportivement éloigné de nos standards habituels, la pratique de ce sport et la connaissance de toutes ses subtilités restent encore confidentielles dans nos frontières. Et c’est bien là que se situe le nœud du problème au moment d’aborder ce type de jeu. Car si nous cernons tous à quoi ressemble le baseball (balle, batte, gant pour résumer rapidement), très peu en connaisse la richesse véritable et la grande dimension tactique. Expliquer la signification d’un double play ou d’un unassisted triple play à un “frenchy” (hormis aux quelques milliers de licenciés et autres aficionados que je ne veux surtout pas oublier), c’est aussi vain que de tenter de convertir un fan des Boston Red Sox à la pelote basque.

    Et avant d’aller plus loin (et de vous refroidir complètement ?), un dernier détail qui sonnera comme une mise en garde mais ô combien importante, MLB 14 : The Show est intégralement en VO. Pas de sous-titrages pour percer la carapace d’un sport très âpre à décrypter. Fort heureusement, un manuel digital en français est à disposition pour vous poser les bases des commandes et du contenu général. Mais cela reste plutôt léger au moment de vous lancer dans un des nombreux modes de jeu proposés dans MLB 14 : The Show. Il va falloir faire preuve de courage, de curiosité et de patience.

    Faites preuve de précision pour vous saisir de la balle

    Joue-la comme Billy Beane dans Moneyball

    Pour ne pas être submergé d’emblée, nous vous conseillons de vous faire la main dans des matchs simples d’Exhibition (en/hors ligne), ou avec The Show Live, mode se basant sur les stats et les états de forme actuels des équipes et joueurs. Une entrée en matière accessible où vous pourrez vous rôder gentiment au gameplay et au rythme du jeu. Si vous comprenez ne serait-ce que 30% de ce que vous faites et de ce qui se passe à l’écran, pas de panique, vous êtes sur la bonne voie. Sinon, il y a aussi une section où vous pourrez toujours vous entraîner exclusivement aux lancés et à la batte, ou vous essayer à quelques sympathiques défis (dont le Home Run Derby), seule touche un peu plus “arcade” que vous trouverez dans MLB 14 : The Show.

    Mais si l’on devait retenir un mode qui se démarque davantage par le challenge et l’intérêt qu’il offre, ce serait sans doute Road To The Show. Conçu pour être la tête de gondole du jeu, RTTS vous embarque dans une véritable course à la gloire où vous devrez faire progresser un joueur dans la hiérarchie des équipes de ligue mineure puis majeure, avec comme objectif final une victoire dans les World Series. Au départ, le choix vous est laissé de prendre votre joueur favori de MLB, ou d’en créer un de toute pièce à partir d’un éditeur ultra-complet dans lequel vous pourrez paramétrer son aspect, mais aussi ses caractéristiques et son poste. Ensuite, à vous de performer sur le terrain et de taper dans l’œil des recruteurs durant une série de trois matchs (Topps Amateur Showcase). En fonction des résultats, le draft vous permettra d’intégrer une équipe ou de retenter votre chance si vous n’êtes pas satisfait. La clé étant de faire preuve de régularité dans les matchs, votre progression future ne reposant que sur ce système de résultats et de points d’XP à utiliser durant vos entraînements, rendant l’expérience encore plus réaliste.

     

    Les autres modes de jeu restent plus conventionnels pour une simulation sportive, mais ne sont pas pour autant en retrait. Vous pourrez par exemple manager une ou des équipes existantes de MLB dans le mode Franchise, où il vous faudra dénicher des jeunes talents, recruter et bâtir un groupe compétitif en préparant des entraînements spécifiques, sans oublier le côté extra-sportif avec la gestion d’un budget qui évoluera en fonction de vos résultats. Citons également Diamond Dynasty alliant création/gestion d’équipe (nom, localisation, logo, tenues,...) à du multi compétitif online, un mode dans lequel de nombreuses heures de jeu pourront être englouties. Terminons enfin avec la section Community Challenges dans laquelle vous pouvez éditer des scénarios de matchs et les partager avec les autres joueurs. Vous le voyez, le contenu global de MLB 14 : The Show est particulièrement abondant.

    Baseball Is Better sur PS3, PSVita...et PS4

    Non mais tu t’es pris pour Ty Cobb ?

    Qui dit simulation, dit gameplay exigeant. La remarque a été faite un peu plus haut, l’existence du manuel digital vous présentant les commandes est loin d’être suffisant pour appréhender et assimiler toutes ses composantes. Même en occultant volontairement le niveau de difficulté pro, le jeu est impitoyablement punitif en cas d’erreur, que ce soit en position d’attaque ou de défense. Si vous êtes à la batte (hitter), n’allez pas vous imaginer taper un home run à chaque tentative. Le lanceur (pitcher) vous enrhumera avec facilité si vous ne faites pas preuve d’une concentration et d’un timing parfait. Et si vous parvenez à renvoyer la balle, soit par un coup sûr (hit) ou un amorti (bunt), il vous faudra courir pour vous jeter jusqu’à la première base afin d’être safe. Puis tenter de voler les suivantes jusqu’au marbre et ainsi marquer un point.

    Si vous êtes en défense, la stratégie de lancé revêt une grande importance. Perché sur le monticule de terre battue (mound) au centre du diamant, il vous faudra varier les effets de votre balle en accord avec le receveur (catcher) pour tromper le batteur. Mais si ce dernier fait mouche, vous prendrez le contrôle d’un des joueurs de champ pour vous diriger au point de chute de la balle. L’idée est de la rattraper au vol (élimination directe du hitter) et de renvoyer la balle à l’un de vos coéquipiers de base pour mettre hors-jeu d’autres adversaires éventuels. Ceci ne résume que maladroitement les deux phases principales qu’alternent les deux équipes au long des neufs manches composant une partie. Sachez que dans un véritable match, le temps de jeu effectif est minime par rapport à la durée totale qui peut atteindre parfois plusieurs heures. Ici, l’amplitude ne dépasse pas la demi-heure de jeu, mais le rythme reste le même puisque la part tactique occupe encore une fois une place prépondérante.

    Trailer de lancement

    En termes de graphismes maintenant, impossible de juger de leur évolution pour un jeu dont ce test constitue (à mon niveau) une sorte de point zéro de la série. Mais en jugeant sur pièces, on peut affirmer que le jeu offre un excellent rendu visuel, avec des animations criantes de vérité dans les ralentis ou les réactions de joueurs. Point également important et bien maîtrisé, l’animation du public et la modélisation fidèles des stades. Quelques textures font tâche néanmoins, comme l’affichage de certains éléments sur les écrans géants. A ce titre, sachez que la version PS4 du jeu, attendue pour le 7 mai, apportera davantage de détails dans les graphismes, une refonte du moteur gérant l’éclairage dynamique et la fonctionnalité Cross-Save.

    Enfin, pour nous immerger davantage dans le jeu, les commentaires sont assurés par un trio composé de la voix “historique” de la franchise, Matt Vasgersian, secondé par deux ex-joueurs qui sont Steve Lyons et Eric Karros. Le sentiment de vivre un match “à l’américaine” est renforcé bien que leurs échanges, si l’on y prête l’oreille, s’avèrent assez répétitifs. Autre réussite du jeu, la bande son présente dans les menus et écrans de chargement, ces derniers étant d’ailleurs souvent à rallonge. Resserrée autour de quelques titres, la playlist est composée de très bons morceaux éclectiques, allant de la rythmique soul et jazzy d’Aloe Blacc ou de Nick Waterhouse aux sons plus massifs et agressifs de Black Rebel Motorcycle Club ou Band of Skulls.

     

    Note du test 7/10En conclusion :

    Le fait que MLB 14 : The Show s’adresse avant tout à un public d’initiés est une évidence. Mais afin d’être totalement impartial, sous des abords peu accessibles se cache une excellente simulation de sport. Par contre, pour en apprécier la saveur, il vous faudra remplir trois conditions : surmonter la barrière de la langue, vous familiariser aux spécificités d’un gameplay haché mais très riche, et enfin éviter l’overdose de statistiques et autres abréviations de vocabulaire. Ce sera seulement au prix de ces efforts que le potentiel de MLB 14 : The Show vous sera révélé. Sinon, passez votre chemin et restez en au foot ou au basket.

    Les plus

    Une simulation pointilleuse mais séduisante de ce sport
    Un challenge permanent avec un gameplay exigeant
    Liberté totale de personnalisation
    Durée de vie gigantesque

    Les moins

    Des textures un peu baveuses par endroits
    La VO qui hermétise davantage l’expérience de jeu (mais faut faire avec)
    Une linguistique “baseballienne” difficilement compréhensible (mais faut faire avec)


    Commentaires
    Pas encore de commentaire(s) pour cette news.
    poster un commentaire
     :-)   :-d   ;-)   :-/   :-|   LOL   :-i   :-D   :(   :-C   8-)   :-o   8-(   :-;   :9-)   :x
    2000 caractères disponibles