"Guidez Rick Rocket à travers son épique combat spatial... à reculons !"

Merci à 24 Caret Games de nous avoir permis de tester Retro/Grade une semaine avant la sortie sur le PSN France.


Retro/Grade est un Shoot’em Up un peu hors du commun, développé par le studio indépendant 24 Caret Games. Vous allez vivre les aventures de Rick Rocket, sorte de mercenaire de l’espace.

Pour retracer un peu la trame de cette aventure renversante, vous incarnez Rick Rocket qui a battu l’armada Exnorienne, mais l’ampleur des destructions a entrainé une anomalie temporelle inversant l’écoulement du temps. Il doit donc annuler ses actions passées pour sauver le continuum espace/temps. Vous l’aurez compris la plus grande originalité réside dans ce scénario inversée qui vous fera vivre la mission 10 (voir vidéo de gameplay ci-dessous) en premier puis remonter jusqu’au commencement de l’aventure.

Mission 10 : Vous avez gagné

Dès le lancement du jeu on sent le soin apporté au jeu. Le jeu charge vite, les menus sont simples et vraiment agréables. Vous aurez la le choix entre le mode campagne, les défis, l’entrainement ou le didactitiel.
L’originalité du titre ne s’arrête pas au scénario car Retro/Grade n’est pas qu’un jeu de tir puisqu'il est surtout un jeu musicical, vous devrez enchainer les notes à la façon Guitar Hero mais dans un tout autre univers.
Si je vous parle de Guitar Hero ce n’est pas anodin puisque le jeu est jouable à la guitare et ceci ajoute une touche de fun excellente. Quel plaisir d’utiliser cet accessoire dans un jeu autre que Guitar Hero. Bien entendu vous pourrez utiliser votre bon vieux pad en utilisant les flèches haut et bas pour changer de ligne, d'ailleurs on se laisse penser que le jeu est plus simple de cette façon mais ce n'est vrai qu'aux missions 10 et 9. Aussitôt que le jeu accèlere on sent vite qu'il sera plus aisé de progresser avec la guitare, après ce sera une question de gout. 

Concernant le mode campagne, il comporte 10 missions que vous pourrez faire dans différents modes de difficulté : débutant, dilettante, moyen, pro, vrai dur, extrême. Les variantes se feront sur le nombre de notes à enchainer, le nombre de lignes à gérer à l’écran et le nombre de tirs ennemis à éviter. Le mode extrême par exemple relève la barre vraiment très haute, vous devez jouer avec tous les boutons de la guitare et les notes s’enchainent très très rapidement.
Le jeu ne se contente pas de nous imposer des notes, il faut aussi éviter les tirs ennemis et qui dit aventure inversée dit éviter les tirs qui viennent de l’arrière et qui reviennent vers l’ennemi.
Une fonction de “Rewind” appelée Rétro / Carburant permet de revenir un peu en arrière (ou en avant si vous m’avez suivi jusqu’à présent) et de corriger ses faiblesses.

Le mode défis utilisera les mêmes niveaux que la campagne mais avec des objectifs à accomplir (obtenir un multiplicateur de 4 par exemple...). Vous pourrez ainsi débloquer des illustrations, l’option musique qui permet d’utiliser 2 platines pour jouer les DJ avec les morceaux du jeu, une douzaine de vaisseaux et les codes de triche que vous pourrez retrouver dans le menu du jeu “Bonus”.

Mission 9 : Rhapsodie à reculons / Mission 8 : Groove Retro/Grade
 

Histoire complète du jeu

Mission 10 : Vous avez gagné
Rick Rocket a battu l’armada Exnorienne, mais l’ampleur des destructions a entrainé une anomalie temporelle inversant l’écoulement du temps. Il doit annuler ses actions pour sauver le continuum espace/temps.

Mission 9 : Rhapsodie à reculons
Rick essayait de trouver le Café Glorg le plus proche, mais était trop radin pour acheter la mise de son système de positionnement universel. Ne trouvant aucun établissement à ce qu’il croyait être sa destination, Rick décida de se venger sur les Exnoriens.

Mission 8 : Groove Retro/Grade
Afin d’éviter que sa garçonnière de luxe soit rayée du continuum espace/temps, Rick doit annuler la bataille d’Utipolis ! Oh, au fait, les Utopoliens sont en danger, eux aussi.

Mission 7 : Balle en jeu
Quand une hypersphère a menacé d’arrondir les angles de la planète Quoob, ses habitants ont fait appel à Rick. Il a été oblgé de les protéger : cela faisait partie des dommages et intérêts de son procès pour destruction de millions de caisses quoobiennes lors de la dernière guerre. Il était alors fantassin et “à la recherche de bonus”...

Mission 6 : Trouble aigu
Les parents de Rick vivent dans la banlieue spatiale. S’il ne tenait guère à leur rende visite pour les entendre une fois de plus ressasser les histoires remontant à son enfance, il s’est dit qu’il valait quand même mieux les défendre contre les Exnoriens.

Mission 5 : Idées au chaud
Son vaisseau étant endommagé, Rick a décidé d’aller le faire réparer sur la planète Technotron. Ce n’était qu’une panne de siège chauffant, mais Rick déteste se battre si son postérieur n’est pas à température idéale. Le garage a accepté d’oublier la facture si Rick repoussait les envahisseurs.

Mission 4 : Robot pas beau
Ayant envie de se faire un peu d’argent, Rick est allé à l’entrepôt Spacemart chercher une cargaison de plats cuisinés Soleil à livrer. Hélas, les Exnoriens, qui raffolent des plats Soleil, s’étaient déjà emparés de l’enterpôt !

Mission 3 : Basse ton
Le chrnopropulseur quantique de Rick manquait de matière noire.
Tanné de payer une fortune à l’hyperpompe, il décida d’aller directement à la source.
Malheureusement, les Exnoriens avaient eu la même idée et il a dû les affronter pour économiser un peu d’argent.

Mission 2 : Ballade à rebours
L’usine d’où était sorti le vaisseau de rêve de Rick, le Piranhashark 5000 2XQ, était menacée par une attaque extraterrestre ! Rick s’est rué à sa défense, espérant négocier ainsi un meilleur crédit une fois la guerre terminée.

Mission 1 : Rick a décidé d’affronter en premier l’ennemi le plus difficile, tant qu’il avait du tonus et des munitions, alors il s’est attaqué à l’Uberbot. Les affrontements suivants furent faciles, donc sa stratégie fut payante...